Praticienne de Soin énergétique

Anne Koch

 

Je dis...

 

Ou la poésie du lien qui se tisse constamment avec le monde

 

 

Je dis eau, et autour de moi s'écrasent les gouttes dans un bruit sec de plastique qu'on craque.

Je dis eau, et elle est là, entre les arbres, épaisse et silencieuse.

Je dis eau et je la vois claire et brillante sur le sable du ruisselet.

Je dis mort et une branche dénudée bouge sans bruit dans le vent.

Je dis mort en soufflant sur la dépouille d'un bourdon.

Je dis mort devant la flaque desséchée que traverse une fourmi.

Je dis rêve, emportée dans l'écho que le coucou lance dans le vent.

Je dis rêve à l'aboiement lointain de ce chien.

Je dis rêve au trait noir d'une mouche qui passe dans l'odeur des feuilles chaudes.

Je dis arbre et sur les feuilles passent les ombres et les lumières.

Je dis la forêt pour entendre la voix grave du vent, et quand je dis arbre les yeux fermés, le ressac m'envahit les oreilles.

Je dis forêt quand, sous les branches balancées, le chemin semble danser.

Dans l'arbre, une branche craque prise dans le vent, se cogne et tombe au sol, sur les feuilles de l'automne dernier.

Je dis ciel, et dans une odeur de fumée, les nuages montent derrière les toits de tôle.

Je dis ciel et je le vois couché sur l'eau.

Je dis ciel. J'entends le vent tiède, un crapaud et des grillons dans l'air qui s'alourdit d'orage.

Je dis fossés et ils m'entourent de leur sève sombre.

Je dis fossé, d'où sortent les jeunes branches de fougères qui ont jailli cette nuit.

Je dis fossé devant la mousse et les racines de la forêt calme où descend le soleil.

 

 

 

 

 

Anne Koch, Le Grazo, 56250 ELVEN. Tel: 06.04.52.13.97

Site créé par Pierre BEYER

Siret: 798 957 056 00012