Praticienne de Soin énergétique

Anne Koch

 

La poésie s'enroule dans l'instant...

Je m'arrête et la regarde. Sous mon regard, elle se déroule et se déploie en frémissant.

Cette poésie, c'est la vie qui se goûte et joue, en essayant toutes les formes et tous les parfums des êtres.

Partout autour de moi, il y a la vie qui joue à vivre.

Debout sous le ciel, je regarde ce grand rêve en mouvement.

 

 

 

la vie

dans la chatte enceinte

le poêle qui s'éteint au petit jour

et les arbres nus, remplis du chant des oiseaux

 

 

 

 

 

L'air est gelé ce matin, et si froid sur mes doigts, que j'ai l'impression de plonger mes mains dans l'eau d'un ruisseau de montagne. Il y a quelques jours encore, le soleil tombait en longs obliques à travers les arbres, inondant les mousses et les moucherons d'une lumière dorée. L'air doux de l'automne était saturé du parfum de bois chaud et des feuilles craquantes accumulées sous les arbres. Maintenant, il sent l'humidité craquante du givre.

 

La tristesse m'envahit parfois, remplacée ensuite par un sentiment triomphal de joie et de confiance. Après je me sens vieille et usée, comme si j'avais déjà consumé l'enthousiasme qui donne envie de vivre. Cet état me perturbe et je me sens confuse, perdue…

Qui suis-je ? Qui habite ce corps ? Pourquoi est-ce que je traverse par vagues cette nuit noire intérieure ? Et comment je fais pour aimer la vie à nouveau ? Pour être d'accord avec ce que vit mon corps, mon personnage, au moins un peu ?

J'ai une boule dans la gorge maintenant, les larmes remplissent l'intérieur de mes paupières. Je n'ai pas très envie de les laisser couler. L'ordinateur ronronne, et j'entends le bruit d'une tondeuse dehors. Les bruits de la vie. Comment font les gens pour vivre ?

Ce doit être difficile pour beaucoup.

J'ai envie de poser ces questions à la Vie maintenant.

Réponds-moi s'il te plaît.

J'ai encore les larmes qui montent. La certitude de ne pas être entendue ou de ne pas être digne de réponse.

« Laisse couler », j'entends résonner dans tout mon être.

D'accord, je vais laisser couler ce froid ruisseau de montagne qui glace et raidis certaines parties de mon être.

Je laisse couler et je suis celle qui se tient sur la berge et regarde les flots onduler.

Je me sens en voyage. Je suis dans une grande forêt sauvage, comme j'imagine qu'elles sont au Canada. La forêt vibre de vie, et moi je me promène à travers les fougères brunes et les écorces chaudes des grands pins. Il y a aussi des grands rochers, couverts de lichen jaune et encore chauds du soleil de midi. Le lichen, j'y pense depuis que je suis petite à cette plante. Depuis qu'un jour on m'a dit que c'était un être préhistorique. Déjà là sur terre depuis des millions et des millions d'années. Alors quand je pense au lichen, j'ai l'impression de me connecter à une grande sagesse. Je le vois comme un vieux druide, sec, fripé, résistant, égal à lui-même d'avoir vu déjà tant de choses.

Les arbres gémissent parfois, le vent hurle, la pluie s'obscurcit, les champignons moisissent, les poules meurent, les coccinelles se dessèchent, et moi je me tourmente avec des mots et des émotions que je prends au sérieux jusqu'au dramatique. Le lichen, non. Rien de tout ça. Il s'effrite un peu à la rigueur. Mais il reste jaune comme s'il avait mangé du soleil. Ou bien vert pâle, comme une aventurine ou une émeraude. Délicatement ciselé, posé sur le sommet de la pierre comme s'il faisait une petite sieste.

 

 

 

Et maintenant je vois une grosse goutte de rosée, accrochée aux feuilles du cosmos. Ce cosmos il est immense. Il s'est fait brouter pas les ânes, juste avant d'éclore ses fleurs, alors qu'il était rempli de boutons verts bien empaquetés. Eh bien, il a tout simplement recommencé. Il a fait grimper sa tige, et puis il l'a faite grossir. Des feuilles sont sorties pleines de vitalité, comme pour laisser couler encore et encore le flot de la vie. « Je suis la Vie » ne cesse de répéter tout ce vert qui le compose

 

 

 

 

Anne Koch, Le Grazo, 56250 ELVEN. Tel: 06.04.52.13.97

Site créé par Pierre BEYER

Siret: 798 957 056 00012